Au bon souvenir de Rishikesh

Les personnes interrogées répondent différemment à chaque fois. L’importance de la famille, la responsabilité vis-à-vis des familles employées… John a simplement répondu Yoga. C’est sa philosophie.  Il a quitté les plages ensoleillées de Santa Monica en Californie, abandonné  son job d’agent immobilier et vendu son appartement pour vivre le cours de sa vie. Il est venu à Rishikesh, dans l’historique bastion du yoga. Si vous étudiez les religions, vous devez vous rendre à Jérusalem. Si vous étudiez le yoga, vous devez être à Rishikesh. C’est aussi simple que cela !

Justement, sa vie, son travail… Tout ceci perdait peu à peu son sens. Le yoga prenait une part grandissante, lui qui est arrive un peu par hasard lorsqu’il s’est retrouvé entrainé par un copain dans une salle aux enseignements mystérieux.

Aujourd’hui, il est là, à caresser sa barbe blonde baignée par le soleil de l’après-midi. Il sait pourquoi il est là. Il veut suivre l’enseignement de son maitre yogi pour vivre et revivre ces moments durant lesquels il est touché par la grâce : une expérience bouleversante et incroyable, indescriptible… Je peux sentir ce singe être un singe, je peux sentir l’herbe être l’herbe. Cette chose à l’intérieur de toi, c’est exactement la même chose que celle qui anime ce singe ou qui vit dans cette herbe. C’est sa quête à lui.

Une quête dénuée d’objectifs, sauf peut-être celui de rester avec lui-même chaque jour. La mort peut l’interrompre, il ne s’en soucie guère. Il vit intensément le chemin qu’il a choisi : détachement émotionnel, abandon du monde matériel, vie simple… Le sens désormais il l’a. Rien à voir avec les autres, il le trouve en se centrant sur lui-même.

John est le premier d’une longue série à me conseiller la lecture du Bhagavad-Gita, un texte sacré de l’hindouisme. En plein champ de la bataille opposant les Pandava et les Kaurava, le prince Arjuna, un des Pandava, tombe en plein doute lorsqu’il aperçoit des membres de sa famille chez les Kaurava : il demande alors conseil au seigneur Krishna, tiraillé entre le devoir de conduire son armée et la mort de membres de sa famille. Le texte relate le dialogue entre Krishna et le prince Arjuna.

L’échange continue et dérive, pour s’achever sur cette question. L’humain ne se définirait-il pas par cette recherche de l’illumination ? 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s